Jorge Luis Borges, Le Plus Universel Des Écrivains Argentins

Borges, pour qui s’intéresse un peu à la littérature, est un nom connu même de l’autre côté du globe. Et pour cause, il s’agit d’un des plus grands auteurs du XXème siècle. Son oeuvre unique, inclassable, a eu une influence indélébile sur des générations d’écrivains, et constitue aussi une référence pour les philosophes, philologues, psychanalistes, mythologues, mathématiciens … Rien que ça!

 

Borges le jeune prodige

Né en 1899 à Buenos Aires, Borges grandit dans un contexte familial cultivé. Chez lui, on parle aussi bien anglais que castillan et son père nourrit une passion immodérée pour les livres. La bibliothèque paternelle est d’ailleurs un des piliers fondateurs de sa vie. Borges sera un lecteur avide et curieux, apprenti infatigable. A 9 ans il traduit une nouvelle d’Oscar Wilde. En 1914 et en raison de problèmes de santé de son père, la famille émigre en Europe et s’installe à Genève, où  Borges, alors adolescent, continue ses études. Il apprend des langues aussi variées que l’allemand, l’italien, l’anglais ancien, l’arabe… En 1920, il revient vivre à Buenos Aires où il passera pratiquement le reste de sa vie. Il publie ses premiers textes, et fréquente les milieux littéraires de l’époque en particulier l’entourage de Victoria Ocampo. Il s’oppose ouvertement au gouvernement de Peron, et à la chute de celui-ci, il devient directeur de la Bibliothèque Nationale. Il intègre aussi l’Académie Argentine des Lettres et donne des cours à l’université de Buenos Aires.

 

Reconnaissance internationale et fin de vie

Dès les années 1940, il publie deux recueils de nouvelles fantastiques Fictions (1942) et L’Aleph (1949) qui le mènent à la consécration – cette oeuvre fait bien entendu partie de nos dix livres argentins pour mieux comprendre les Argentins. A cette même période se manifestent les premiers symptômes d’une maladie dégénérative qui lui fait perdre peu à peu la vue. Dans les années 1960, il acquiert une reconnaissance internationale et voyage à travers le monde entier pour donner des conférences et des interviews. Il reçoit de nombreux prix et distinctions (entre autres prix national de littérature 1956, prix Cervantes 1979 décerné par le roi d’Espagne -photo) mais malgré ses candidatures successives, n’obtiendra jamais le prix Nobel de Littérature. A la fin de sa vie, aveugle et malade, il décide de revenir vivre à Genève, la ville de sa jeunesse, où il meurt en 1986.

 

Une oeuvre à la fois universelle et argentine

L’oeuvre de Borges est très particulière: il est impossible de le cantonner à  un seul courant littéraire. Il n’a jamais écrit aucun roman mais a su créer un univers et une esthétique qui lui sont propres. A ses débuts, il écrit plutôt de la poésie mais ce sont surtout ses recueils de contes fantastiques qui sont considérés comme ses chefs-d’oeuvre.

 

Une oeuvre  universelle

Son érudition encyclopédique et ses nombreuses références (littérature étrangère, mythes, textes sacrés du monde) donnent une dimension universelle à son oeuvre. Il condense les discours philosophiques les plus divers, explore les limites du  langage, les symboles, les mathématiques, les mythes, les textes sacrés des religions… L’écriture de Borges est imprégnée notamment de la philosophie ideáliste, qui considère que l’homme et le monde existent seulement dans l’esprit de celui qui le perçoit. Ses textes fantastiques jouent sur l’idée que tout est partout et dans chaque chose et sur la conception d’un temps circulaire. L’histoire ne serait pas linéaire, mais cyclique: une série d’événements similaires qui se répéteraient sans fin dans des circonstances différentes.

 

Des racines profondément argentines

L’auteur ne renie pas pour autant son identité argentine. Il reprend en effet la figure du gaucho, en particulier le Martin Fierro, et invente par exemple la biographie d’un personnage de ce poème emblématique de la littérature gauchesque. (ici notre article sur ce mouvent argentin!). Dans son recueil de poèmes  » Fervor de Buenos Aires « , il évoque l’ambiance de son quartier d’enfance, Palermo, alors zone mal famée, peuplée de marginaux.  Il déclare que les  » rues de Buenos Aires sont ses entrailles « .  Il écrit aussi des paroles de tango.

Tout au long de son oeuvre, il construit même une espèce de mythe familial, revendiquant un double lignage. Cet héritage est pour lui ce qui définit la culture argentine. Du côté de sa mère, il descend de valeureux soldats qui ont lutté lors des guerres de l’indépendance, héros liés à la mort et au courage. De la famille de son père, il hérite une immense culture littéraire dont la bibliothèque paternelle constitue l’espace symbolique.

Dans ses récits, faisant référence à ses ancêtres, il oppose les armes et les lettres, le courage et les livres, l’oral et l’écrit. Ainsi, Borges reproduit à sa manière la contradiction entre civilisation et barbarie, intrinsèque à l’Argentine selon l’idéologie diffusée par Sarmiento au long du XIXème siècle.

 

Le saviez-vous?

A Buenos Aires, la rue de Palermo où il a grandi a été rebaptisée en son nom. Sa maison d’enfance au 2135 de la rue Borges n’existe plus mais une plaque rappelle son souvenir. Sa deuxième résidence se trouve à Recoleta, au nº 2190 de l’avenue Pueyrredon. Chaque 24 août on célèbre la journée du lecteur en mémoire du jour de naissance de l’écrivain.

Umberto Eco, écrivain et philosophe italien, est un véritable admirateur de l’oeuvre de Borges. Dans son roman Le Nom de la rose, adapté au cinéma par Jean-Jacques Annaud, le personnage de Jorge de Burgos, bibliothécaire aveugle, est un hommage à l’écrivain argentin.

 

 

Crédits Photo : DR, Raul Urbina.

Mon Appartement à Buenos Aires, MABA pour les intimes, est une entreprise de location temporaire française. Installés à Buenos Aires depuis près d’une dizaine d’années, c’est avec grand plaisir que nous vous faisons partager notre expérience à Buenos Aires à travers notre blog: Mon Aventure à Buenos Aires. Entre bons plans, faits culturels et instants culture générale, nous espérons vous aider à écrire votre propre aventure à Buenos Aires !

www.monappartementabuenosaires.com

Tags from the story
, ,
Autres articles par Aude Labadie

Le B.A – BA des rues de BA ou comment s’orienter à Buenos Aires

Le B.A – BA :   1.  L’organisation des rues Le plan...
En savoir plus