Dix livres argentins pour comprendre les Argentins

Martin FIERRO - MABA Blog

Parcourir la ville de Buenos Aires, découvrir l’Histoire argentine, se familiariser avec le mode de vie porteño, c’est possible par la littérature grâce à ce top 10 de MABA ! Voici une sélection de dix livres qui reflètent à travers leur récit, un pan de la culture argentine. Ce ne sont peut-être pas les plus iconiques, les plus célèbres ou les plus fondateurs du pays, mais ils vous donneront à voir sans aucun doute la diversité de la production littéraire nationale. Ne ratez pas non plus notre sélection de 10 films argentins pour comprendre les Argentins!

 

Le Buenos Aires fantastique d’El Aleph (L’Aleph), Jorge Luis Borges

Borges est sans aucun doute l’auteur argentin le plus emblématique maisson style n’est pas toujours facile d’accès. El Aleph est un recueil de contes dont le plus célèbre donne son titre au livre. La nouvelle est racontée par un “je” indéfini, parfois censé représenté la parole de Borges même, qui vit une histoire d’amour avec Beatriz. Parallèlement se développe la légende de l’Aleph, un endroit d’où il serait possible de voir et comprendre l’infini du monde. Dans le Buenos Aires du début des années 40 – dont plusieurs lieux cités peuvent effectivement se retrouver dans la ville d’aujourd’hui – Borges crée des situations étranges, voire surréalistes, typiques de la littérature argentine et que l’on retrouve également chez des auteurs comme Ernesto Sábato ou Adolfo Bioy Casares. Poursuivez la découverte de ce monument de la littérature argentine sur cet article.

Traduit en français chez Gallimard. Complexe à lire en version originale.

 

Les quartiers sécurisés dans Las viudas de los jueves (Les veuves du jeudi), Claudia Piñeiro

Chaque jeudi, les hommes d’un quartier résidentiel fermé en banlieue de Buenos Aires se réunissent entre eux, laissant de côté leurs femmes, “veuves” le temps d’un soir. Mais cette nuit-là, tous sauf un terminent électrocutés dans la piscine. Un roman très Desperate Housewifes à l’argentine et où derrière les apparences, la vie merveilleuse des barrios cerrados ne l’est peut-être pas tant.

Traduit en français chez Acte-Sud. Se lit facilement en version originale.

 

La vie de quartier et les conséquences de la crise dans Las noches de Flores (Les nuits de Flores) de César Aira

Un couple de retraités commence à livrer des pizzas pour arrondir leurs maigres fins de mois. Lors de leurs trajets nocturnes – à pied – dans le quartier de Flores, Aldo et Rosita sont témoins des situations de précarité et de délinquance provoquées par l’instabilité économique. L’enlèvement d’un jeune vient bousculer leur quotidien. Mystère, humour et narration crue de la réalité dans certains quartiers de la capitale constituent le très bon cocktail de ce roman.

Traduit en français chez Christian Bourgois. Se lit en version originale avec une bonne connaissance de l’argot.

 

Le monde des gauchos et “l’argentinité” dans El Gaucho Martín Fierro, de José Hernández

Poème épique en deux tomes, LE Martín Fierro – car cet ouvrage national a droit à son déterminant – se situe dans l’Argentine de la seconde moitié du XIXe siècle. Il raconte l’histoire d’un gaucho enrôlé de force pour repousser la population indigène durant les campagnes militaires de Sarmiento. Martín Fierro est ainsi emmené loin de son ranch et de sa famille pour vivre ses aventures dans l’armée et découvre les injustices du monde. Pilier de la littérature argentine, le récit a plus tard été consacré par le poète Leopoldo Lugones comme “le livre national des Argentins”.

Traduit en français. Complexe à lire en version originale.

 

La passion du football dans Puro fútbol de Roberto Fontanarrosa

Supporter de Rosario Central, Fontanarrosa est dessinateur et caricaturiste avant d’être écrivain. Il transmet dans ses nouvelles son amour pour le football mais aussi son regard amusé sur les pratiques de la plus grande obsession argentine, du comportement caricatural des supporters à la fièvre des commentateurs sportifs. Puro fútbol est une compilation posthume de ces contes et nouvelles.

Non traduit en français. Accessible en version originale avec une connaissance du jargon footballistique et de l’argot.

 

La guerre des Malouines dans Los Pichiciegos, Rodolfo Fogwill

Un groupe de soldats passe l’hiver sous terre dans les derniers mois de la guerre des Malouines, en 1982. Depuis les tunnels qu’ils se sont construits, ces pichis négocient des vivres avec l’ennemi anglais – en passe de gagner la guerre -, se remémorent leur patrie et tentent de survivre, sans nouvelle des troupes qu’ils ont désertées. Le pichi ciego est un mammifère souterrain appelé tatou nain d’Argentine en français. Le roman de Fogwill montre une image moins glorieuse de la guerre des Malouines que celle présente dans l’imaginaire populaire, mais tout aussi humaine.

Roman non traduit, accessible en version originale avec une bonne maîtrise de l’argot.

 

 

La tentative de coup d’Etat de 1956 dans Operación Masacre (Opération Massacre), Rodolfo Walsh

Avec Operación Masacre, Rodolfo Walsh inaugure le style du récit non-fictif que l’on retrouve par exemple chez Truman Capote et son De sang-froid. Il y raconte le produit d’une longue enquête journalistique et de nombreux entretiens autour de l’insurrection armée du 9 juin 1956 contre le gouvernement putschiste de Pedro Aramburu. Lors de cette nuit, une dizaine d’hommes – au mauvais endroit, au mauvais moment – sont capturés et fusillés sans jugement ni loi martiale, comme répression au soulèvement. Rodolfo Walsh est un journaliste engagé, disparu lors de la dictature militaire de 1976 contre laquelle il s’était publiquement prononcé dans Carta abierta de un escritor a la Junta Militar.

Traduit en français chez Christian Bourgeois. Accessible en version originale avec un bon espagnol.

 

 

Les bébés volés de la dictature militaire dans A veinte años, Luz (Luz ou le temps sauvage) d’Elsa Osorio

A 20 ans et jeune maman, Luz se replonge dans son passé et doute. Elle comprend qu’elle est l’un de ces enfants nés dans les centres d’incarcération de la dictature et arrachés à leur mère biologique. Peu à peu elle rencontre les personnages qui l’aideront à reconstruire son passé et trouver son identité, comme son père, exilé en Espagne. Ce roman poignant d’Elsa Osorio est d’abord publié en Espagne en 1988, date à laquelle les Grand-mères retrouvent leur premier enfant volé en Argentine. Mais ici le point de vue est celui du petit-enfant, que personne ne cherche car on ignore encore son existence : la force de la narration tient dans la lutte de Luz pour se connaître.

Traduit en français chez Métailié et Points. Se lit facilement en version originale, avec une connaissance de l’argot.

 

Les années 70 dans La triología de la Argentina de los 70, livres signés Alan Pauls

A travers trois romans (La historia del llanto, La historia del pelo, La historia del dinero) Alan Pauls réfléchit autour de trois concepts qui lui permettent de dépeindre en trame de fond l’Argentine des années 70 : pleurer ou la décision de ne pas pleurer, la recherche de la coupe de cheveux parfaite, la volatilité de la monnaie et l’obsession pour l’argent liquide. Le personnage principal de ces livres est un jeune étudiant de bonne classe qui vit sous la dictature militaire de 1976-1983 et dont les préoccupations universelles montrent l’atmosphère bien particulière d’une époque qui a marqué l’histoire de l’Argentine.

Histoire des larmes, Histoire des cheveux, et Histoire de l’argent, traduits en français chez Christian Bourgois. Accessible en version originale avec un bon espagnol.

 

Le genre autobiographique dans Fantasmas en el parque de María Elena Walsh

 Autobiographie de l’écrivaine et journaliste qui fut la compagne de la photographe Sara Facio (lien expo photo), Fantasmas en el parque mêle la fiction aux faits réels. María se rend souvent au Parc de Las Heras, dans Palermo où se tenait l’ancien Pénitencier National. Elle y discute avec ses proches amis, se remémore son passé, y parle de l’amour et de la mort. Franche et contestataire, María Elena Walsh porte un regard pertinent et sensible sur l’Argentine du XXIe siècle dans ce dernier roman, puisqu’elle décède en 2011. Elle est avant tout célèbre pour ses livres pour enfants.

Non traduit. Se lit en version originale avec une bonne maîtrise de l’espagnol.

 

 

Crédits Photo : DR.

Mon Appartement à Buenos Aires, MABA pour les intimes, est une entreprise de location temporaire française. Installés à Buenos Aires depuis près d’une dizaine d’années, c’est avec grand plaisir que nous vous faisons partager notre expérience à Buenos Aires à travers notre blog: Mon Aventure à Buenos Aires. Entre bons plans, faits culturels et instants culture générale, nous espérons vous aider à écrire votre propre aventure à Buenos Aires !

www.monappartementabuenosaires.com

Tags from the story
Autres articles par Léa Robbe Dénoyés

L’afterwork branché des arcades de Palermo

A l’ombre des arbres, des restaurants variés et stylisés viennent transformer l’heure...
En savoir plus