L’ Asado, kezako ? Guide pratique

Asado 2 - MABA Blog

 Mais oui, en fin de compte : qu’est-ce que l’ Asado (barbecue en Français) avec un grand A ? Pourquoi tant d’enthousiasme pour ces réunions dominicales ? Pour quelles raisons mystiques sont-ils prêts à rester des heures sous la pluie juste pour cuire du steak ? Les Argentins sont-ils fous de viande à ce point-là ? Et bien non, loin de là ! L’Asado n’est pas un rassemblement quelconque, mais bien plus que ça. C’est un réel moment de partage. Et le partage pour les Argentins, c’est primordial.

 

 

L’asado, un rituel antique

Déjà au 18ème siècle, les Gauchos, personnages phares de l’Histoire Argentine, avaient pour habitude de faire griller leurs trouvailles du jour à la braise en plein air. Ils utilisaient la technique al cuero, c’est-à-dire qu’ils se servaient de la peau même de la vache pour la faire griller au feu.

Charles Darwin, pour qui l’Argentin est « le plus carnivore des carnivores » avance même que manger de la carne asada est la définition même d’une vie saine. C’est dans une correspondance à sa sœur, qu’il en parle : « C’est une vie tellement saine […] être toute la journée à cheval en ne mangeant rien d’autre que de la viande et dormir à la belle étoile. »

Ainsi, les Argentins et l’asado, c’est ancestrale, c’est dans leurs gênes. Et même plus que ça, c’est culturel et ancré dans les us et coutumes.

 

Asado - MABA Blog

 

L’asado aujourd’hui

En effet, plusieurs siècles plus tard, bien que a façon de le faire a été complètement révolutionné, l’asado reste une partie importante de la vie des Argentins : c’est la réunion dominicale. Souvent programmée la veille pour le lendemain, elle est toutefois organisée au millimètre près. A chacun sa tâche, c’est comme un orchestre, tout le monde sait ce qu’il a à faire : les femmes préparent les salades, très simples (il ne faudrait pas voler la vedette à ces morceaux de viandes !): laitue, tomates, et oignons, coupent les légumes (poivrons, oignons) avant de les donner à griller au chef d’orchestre: l’Asador. C’est lui qui achète la viande : ici on calcule 1,5 kilo par personne contre 150 grammes en France. Rassurez-vous, la moitié est faite de graisse et d’os, personne ne mange 1,5 kilo de viande ! Ils ont juste les yeux plus gros que le ventre, et puis, plus y a, mieux c’est ! L’Asador est aussi en charge d’assaisonner les coupes de viandes et définit les temps de cuisson, une broche à la main, une coupe de vin dans l’autre.

La table mise, on compte une ribambelle de sauces hautes en couleurs dont le fameux chimichurri et la mythique salsa criolla, qui seront les stars de ce repas pour le plus grand plaisir de vos papilles. La première est un mélange de persil finement haché, d’ail moulu, de vinaigre, d’origan, de coriandre, de citron, et d’huile d’olive. La seconde est un mariage de petits morceaux d’oignons, de poivrons rouges et verts, de tomates, épicé au persil, à l’ail et au sel avec un filet d’huile d’olive.

En breuvage, apporter une bouteille de vin (rouge s’il vous plait !), fait toujours son effet ! Elle sera ajoutée aux autres, près des sodas et des bières.

Petits et grands, famille et amis s’installent alors autour de la table pour déguster un morceau de provoleta. C’est un fromage national, appelé le provolone légèrement fondu au feu et saupoudré d’une pincée d’origan et d’une touche d’huile d’olive. Un régal.

L’Asador commence alors à servir la viande, cuite comme chacun le souhaite, avec en prime une bonne dose d’amour. N’hésitez pas à vous assaisonner votre viande avec du chimichurri. Ça se marie vraiment très bien.

Pour le dessert, très souvent, vous aurez le choix entre plusieurs saveurs de glaces : vanille, chocolat, menthe et dulce de leche. De quoi finir ce bel après-midi en beauté.

Et surtout, on n’oublie pas l’applaudissement final pour l’Asador qui aura passé plusieurs heures sous un soleil de plomb, avec la chaleur du charbon et du bois pour satisfaire les papilles de tous.

Asado argentino - MABA Blog

 

L’asado, un moment de communion

Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’asado n’est pas qu’une dégustation de viande et de vins. Ce n’est en réalité qu’une excuse, un prétexte pour réunir tout le monde, famille, amis, petits et grands autour d’une table. C’est un réel moment de partage, de fous rires, d’anecdotes, de communion.

Voilà ce que les Argentins recherchent en organisant des asados, un moment unique, où le monde s’arrête de tourner le temps d’un après-midi et lors duquel tout le monde savoure la bonne viande préparée et cuite avec amour, mais aussi et surtout la convivialité du moment.

Et bien que ce soit un moment spécial, les asados peuvent se répéter inlassablement chaque dimanche pour le plus grand bonheur de tous.

Asado argentino 2 - MABA Blog

 

Nota bene : Il y a une légère subtilité à comprendre entre « J’organise un asado, je t’invite » et « Je t’invite à l’asado.» Dans la première tournure de phrase, on vous demandera de participer financièrement aux frais alors que dans la seconde non. C’est de plus en plus commun d’ailleurs de partager les frais, car organiser un asado représente vite un budget conséquent.

 

Vivez l’entière expérience d’un asado argentin à travers le récit de Aude sur son blog Maté & Colibri! Sentez la chaleur du feu comme si vous y étiez en consultant son double article Il n’y a pas de fête sans feu 1/2 et 2/2 (en versions française ET espagnole).

 

 

Crédits Photo : DR.

Mon Appartement à Buenos Aires, MABA pour les intimes, est une entreprise de location temporaire française. Installés à Buenos Aires depuis près d’une dizaine d’années, c’est avec grand plaisir que nous vous faisons partager notre expérience à Buenos Aires à travers notre blog: Mon Aventure à Buenos Aires. Entre bons plans, faits culturels et instants culture générale, nous espérons vous aider à écrire votre propre aventure à Buenos Aires !

www.monappartementabuenosaires.com

Ecrit par
Autres articles par Annie

Recoleta, ou le petit Paris d’Amérique latine …

Si Buenos Aires est souvent surnommé le Paris d’Amérique Latine, c’est très...
En savoir plus