La Pulperia, un lieu chargé d’histoire au cœur de San Telmo

Une pulperia n’a absolument rien à vois avec le poulpe. En effet, c’est un lieu emblématique de la célèbre tradition du gaucho argentin. C’est au 18ème siècle que les premières pulperias voient le jour, leur rôle est d’être un refuge pour les voyageurs déboussolés au milieu de la Pampa, au sein des immenses territoires indigènes. Elle est un parfait mélange entre un bar et la caverne d’Ali Baba où l’on peut trouver tout et n’importe quoi : ustensile de la ménagère, attirail du parfait gaucho…

Un couple de français a relevé le défi de faire un véritable saut dans le passé en donnant naissance à la Pulpería Quilapán. Ce lieu si atypique, propre à l’Histoire argentine est niché au cœur du quartier de San Telmo. Le couple fondateur de l’endroit Grégoire et Tatiana ainsi que Virginie, responsable de celui-ci, ont accepté de répondre à nos questions. Les points abordés traitent uniquement de la phase historique de ce lieu. La deuxième partie de l’interview abordent les aspects culinaires et le côté restauration.

 

 

La cadre de ce lieu est complètement déconnectée de la réalité. En effet, le décor n’a absolument rien à voir avec n’importe quel autre restaurant que vous connaissez. L’endroit est immense : les pièces se suivent et ne se ressemblent pas. Tout d’abord, vous entrez dans une pièce tout en bois. Cette dernière donne sur une grande véranda où des musiciens vous font partager leur passion en rythmant votre repas par quelques notes de piano. Vous arpentez les couloirs, où le pain maison et la viande cuisent dans des très grands fours. Vous tombez ensuite sur une autre salle à manger et sur un jardin où il est possible de s’installer pour profiter du plein air. Tout cela est ponctué par la découverte de nombreux objets plus loufoques les uns que les autres. Les allures pittoresques et atypiques de la Pulperia auront su en séduire plus d’un.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de ce lieu avant la Pulperia ?

Grégoire et Tatiana: Les recherches que nous avons mené nous ont fait découvrir une fondation d’art qui a accueilli Luis Benedit, Antonio Berní, Grete Stern, Carlos Alonso, Guillermo Kuitca, Marta Minujín, Antoine Bourdelle, Greco, León Ferrari, Jorge Luis Borges ou encore Xul Solar. Ce fut un l’endroit où les plus grand artistes contemporains argentins sont passés. Dans les années 1960, la maison fut aussi un conventillo (maison urbaine collective). Mais, tous les fragments de bouteilles de genièvres et de pipes que nous avons rencontrés durant les travaux, nous laissent sans doute penser que ce fut une pulperia avant de devenir la Pulperia.

D’où vous est venue cette idée ?

Grégoire et Tatiana : Plus qu’une idée, c’est une évidence qui a germé rapidement suite à la rencontre d’une culture culinaire populaire argentine riche, amusante et méconnue. La Pulpería fonctionne vraiment comme un commerce de quartier simple et authentique qui veut faire redécouvrir aux argentins leur culture. C’est un musée vivant à la gloire des petites histoires qui ne s’écrivent pas et trop souvent s’oublient.

Pourquoi et comment avez-vous choisi ce lieu ?

Grégoire et Tatiana : De la même manière que nous souhaitons faire connaitre le patrimoine populaire porteño qui est un monde intangible et délicat, le patrimoine architectural de Buenos Aires est aussi un monde qui peut être éphémère. Nous avons eu la chance de pouvoir restaurer une ancienne maison de San Telmo qui était en vente comme terrain à bâtir. Durant les 2 ans où nous avons mené les investigations archéologiques, nous avons découvert que c’était une des maisons les plus anciennes de Buenos Aires avec un mur de 1720. C’était l’écrin rêvé pour parler d’histoire et de préservation du patrimoine.

 

 

Pouvez-vous nous expliquer un peu plus le concept de la Pulperia ? Depuis quand existe-t-elle ?

Virginie : Cela fait à peu près 7 ans qu’elle existe. Les architectes ont mis approximativement 5 ans à la rénover. La maison était vraiment abandonnée, c’était un terrain à vendre. Le concept est de mettre en avant le patrimoine argentin : sélectionner chaque objet, les mettre chacun à une place bien précise. Cela a pris beaucoup de temps ! La Pulperia a ouvert durant l’été 2015 comme restaurant, tous les jours midi et soir entre le mercredi et le dimanche.

Le cadre et la décoration sont assez atypiques, pouvez-vous nous en dire un peu plus à leur sujet ?

Grégoire et Tatiana : C’est effectivement plus que la simple reconstitution de ce commerce. Entre le bar, l’épicerie et le club social typique de l’époque colonial, c’est une pulpería réelle. Elle a toujours été sans doute là, on l’a seulement rendu un peu plus visible. Vous pouvez découvrir une mine de sous-marin, les toilettes du premier président d’argentine Justo José de Urquiza ou encore un chauffe-eau solaire ou un toit vert. C’est un microcosme durable qui parle d’histoire, d’écologie et qui sens le pain chaud qui sort chaque jours du four à pain traditionnel en terre.

 

 La Pulpería Quilapán :

Où : Defensa 1344

Tel : 4307-6288

Horaires : Du mercredi au dimanche de midi à minuit.

Prix : $

 

Crédits Photo : DR.

Mon Appartement à Buenos Aires, MABA pour les intimes, est une entreprise de location temporaire française. Installés à Buenos Aires depuis près d’une dizaine d’années, c’est avec grand plaisir que nous vous faisons partager notre expérience à Buenos Aires à travers notre blog: Mon Aventure à Buenos Aires. Entre bons plans, faits culturels et instants culture générale, nous espérons vous aider à écrire votre propre aventure à Buenos Aires !

www.monappartementabuenosaires.com

Tags from the story
, ,
Autres articles par Claire de Miribel

Rapsodia, success story Argentine dans le prêt-à-porter !

Casser la sobriété et la simplicité : c’est ce que RAPSODIA vous propose....
En savoir plus