Découvrir l’Argentine par ses photographes : 2/2 Archivo Aldo Sessa 1958-2018

Après l’euphorie péroniste qui s’installe au Malba grâce aux images de Sara Facio, le Musée d’Art Moderne vous emmène faire un tour du monde photographique en 60 ans et 700 clichés sous l’oeil de Monsieur Sessa: Aldo Sessa 1958-2018.

 

Ils ont traversé la seconde moitié du XXè siècle et l’ont transcrit en photos. Dans le premier article de notre série sur les photographes argentins, vous découvriez Sara Facio, l’étonnante femme qui a su se faire sa place dans un monde masculin et sa couverture du retour de Perón dans les années 70.

 

L’artiste

Cette semaine, c’est au tour d’Aldo Sessa de vous subjuguer avec l’exposition du Musée d’Art Moderne « Archivo Aldo Sessa 1958-2018, 60 años de imágenes », un retour sur soixante ans de travail photographique en Argentine et dans le monde entier.

Dès ses 10 ans, Aldo Sessa s’initie aux arts visuels, peinture et photographie confondues. On le retrouvera d’ailleurs illustrateur dans les années 70, auprès de Jorge Luis Borges pour qui il accompagne le recueil de poèmes Cosmogonías, ou de l’auteur Ray Bradbury avec qui il édite un ouvrage de nouvelles et récits illustré par ses dessins.

 

Très jeune photographe pour La Nación ou la Gazette de Tucumán, Sessa voyage à 23 ans pour Los Angeles où il étudie la photographie de cinéma et s’initie à la couleur. Dix ans plus tard, il réalise déjà des expositions dans le monde entier avec la galerie Bonino. Au cours de ses nombreux voyages, il reviendra souvent à Buenos Aires, mais également à New York, dont il est intrigué par l’architecture et aspiré par son effervescence créative. Amoureux de l’analogique, l’artiste s’est essayé aux évolutions technologiques et même aux photographies de téléphone, mais c’est toujours à la pellicule qu’il revient.

En soixante ans, il accumule près de 800.000 photos parmi lesquelles Victoria Noorthoorn, directrice artistique du Musée d’Art Moderne (notre article sur le Mamba), et son équipe sélectionnent les 700 qui composent l’exposition Aldo Sessa 1958-2018.

 

 

L’expo Aldo Sessa 1958-2018

Oui, vous avez bien lu, 700 photos, et pour beaucoup inédites. Du sol au plafond, les murs blancs de la salle du second sous-sol du musée sont couverts de photographies, majoritairement en noir et blanc, parfois en couleurs. L’effet d’accumulation est impressionnant, et vous saturerez sûrement avant d’avoir tout détaillé.

A hauteur des yeux, on distingue une ligne horizontale qui traverse toute la salle, formée de photos de petite taille, 20x20cm. Celle-ci marque les huit sections de l’exposition, huit « moments » photographiques dans la carrière de Sessa.

 

D’abord, « Vieja Buenos Aires » regroupe ses clichés issus de ses balades dans Palermo, La Boca ou Barracas des années 50 et 60, scènes de vie quotidiennes et découpes architecturales de la ville. Vient ensuite la décennie du photojournalisme : témoignages des années 70 avec les Mères de la Place de Mai ou encore la mort de Perón. Puis le Colón, dont Sessa capture les coulisses, et les portraits aux postures artificielles ou spontanées, véritable who’s who des grands noms de la culture argentine. De ses photos hors de la capitale, vous retrouvez New York, ses gratte-ciels et ses rues, que Sessa transcrit sous des angles nouveaux, inattendus ; les voyages en Europe, en Asie, en Afrique du Nord ; et l’Argentine bien sûr, dont la diversité des paysages est sublimée par l’œil de Sessa. Enfin, c’est l’aspect le plus expérimentateur de l’artiste qui est montré : les natures mortes et abstractions, un univers tout à fait différent des mondes urbains et de leurs habitants ou des paysages grandioses qui l’ont rendu célèbre.

Noirs et blancs artistiques, mises en scène travaillées ou clichés spontanés : les photos d’Aldo Sessa semblent toujours à mi-chemin entre l’œuvre intentionnelle et la photographie instantanée. De la tradition des gauchos aux villes modernes, Aldo Sessa livre à travers ses photos un regard artistique et affectueux sur le monde qui l’entoure.

 

 « Archivo Aldo Sessa 1958-1918 » jusqu’au 27.05.2018 – Musée d’Art Moderne de Buenos Aires

: Av. San Juan 350

Quand : Du mardi au vendredi : 11h-19h. Samedi, dimanche et jours fériés jusqu’à 20h. (Fermé les lundis sauf lundis fériés)

Entrée : $30, gratuit le mardi.

Infos pratiques : http://www.buenosaires.gob.ar/museoartemoderno/archivo-aldo-sessa

Crédits photos : Aldo Sessa, DR.
Mon Appartement à Buenos Aires, MABA pour les intimes, est une entreprise de location temporaire française. Installés à Buenos Aires depuis près d’une dizaine d’années, c’est avec grand plaisir que nous vous faisons partager notre expérience à Buenos Aires à travers notre blog: Mon Aventure à Buenos Aires. Entre bons plans, faits culturels et instants culture générale, nous espérons vous aider à écrire votre propre aventure à Buenos Aires !

www.monappartementabuenosaires.com

 

Tags from the story
, ,
Autres articles par Angélica Maio

Caballito, un quartier bien porteño

Quartier le plus peuplé de la Capitale et situé au centre de...
En savoir plus